Image default
Santé

Addictions alimentaires : définition, cause, symptômes, traitement

Une alimentation saine implique la consommation d’une grande variété d’aliments nutritifs en quantité raisonnable. Naturellement, beaucoup de parents ont pour priorité d’apporter à leurs enfants les éléments nutritifs voulus dans leur alimentation. Cependant, ce n’est pas toujours parce que les parents vont s’efforcer de préparer des repas et des encas sains que les enfants vont les consommer. Les jeunes enfants développent fréquemment des habitudes alimentaires qui inquiètent leurs parents.

Les aversions et les habitudes compulsives sont deux comportements alimentaires courants. Les enfants ont parfois tendance à ne vouloir consommer qu’un seul aliment pendant toute une période. Ils voudront par exemple des frites ou des pommes de terre bouillies à tous les repas. Le terme d' » aversion alimentaire  » désigne le refus de goûter ou de manger certains aliments. Les enfants ayant des aversions alimentaires sont souvent dits  » difficiles « . Ces deux types de problèmes peuvent se résoudre de diverses manières. Ils ont également souvent tendance à se résoudre par eux-mêmes dans la durée.

Causes

Chez les enfants, les habitudes alimentaires compulsives et les aversions ne sont généralement pas des problèmes de santé ni des problèmes psychologiques. Selon les instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH), ce type d’habitude alimentaire fait partie du développement normal de l’enfant. Ils sont le moyen pour lui d’affirmer son indépendance et d’exercer un certain contrôle sur ce qui se passe dans sa vie quotidienne (NIH).

Comment gérer les caprices et aversions alimentaires

Comment gérer les caprices et aversions alimentaires

Si l’enfant ne cherche à consommer qu’un seul aliment repas après repas, il est possible que vous soyez surpris(e) des conseils proposés pour gérer ce problème. Selon les instituts nationaux américains de la santé (NIH), la meilleure chose à faire par le parent est de proposer l’aliment souhaité parallèlement à d’autres choix nutritifs, à condition que l’aliment préféré par l’enfant soit sain, et pas trop long ni difficile à préparer (NIH). Au bout d’une période relativement courte, l’enfant va généralement commencer à consommer une plus grande variété d’aliments.

Si l’aliment préféré de votre enfant n’est pas bon pour sa santé, ou si le temps de préparation est trop long, il ne sera pas réaliste ni souhaitable de le proposer à tous les repas. Au lieu de cela, proposez d’autres aliments nutritifs au moment des repas, ainsi que comme encas. En tant que parent, il est important pour vous de vous rendre compte que votre enfant ne va pas mourir de faim parce que vous ne lui donnez pas ce qu’il ou elle préfère. Si votre enfant ne mange pratiquement rien au petit-déjeuner, il ou elle va probablement compenser à un autre moment de la journée. Ne vous inquiétez pas trop si votre enfant mange moins à certains repas.

Gérer les aversions alimentaires

L’une des choses les plus importantes à ne pas perdre de vue est que si votre tout-petit rechigne à goûter de nouveaux aliments, il est important de ne pas en faire un rapport de force. Il est par exemple indispensable de ne pas marchander, menacer, ni punir pour obtenir d’un enfant qu’il goûte quelque chose de nouveau. Au lieu de cela, continuez simplement à mettre à sa disposition de nouveaux aliments. Il ou elle aura ainsi la possibilité de goûter quelque chose de nouveau si il ou elle le souhaite. Il y a de grandes chances que dans la durée, votre enfant voudra bien goûter et accepter un plus vaste éventail d’aliments, ce qui pourra simplifier les repas, autant pour lui ou elle que pour vous.

Complications

Si l’enfant ne consomme qu’un nombre extrêmement limité d’aliments, il se peut que dans la durée il ou elle n’absorbe pas les nutriments dont il ou elle a besoin pour la santé et le bon fonctionnement de son organisme. Ceci est particulièrement vrai si les aliments préférés par l’enfant ne sont pas sains. Il existe cependant des laits maternisés et des préparations spécialement étudiés pour apporter ces éléments nutritifs aux nourrissons, aux bébés et aux enfants. Un apport en suppléments vitaminiques sera éventuellement utile. Si cependant votre enfant présente des symptômes de malnutrition, prenez rendez-vous chez votre pédiatre.

Les symptômes de malnutrition peuvent inclure :

  • des changements de pigmentation cutanée ;
  • une chute de cheveux ;
  • une langue sèche et/ou craquelée présentant une inflammation ;
  • une peau extrêmement sèche, pâle et épaisse ;
  • des gencives qui saignent facilement ;
  • des bleus ou éruptions cutanées inexpliqués ;
  • des os qui semblent mous ;
  • des articulations fatiguées ;
  • une gêne à la lumière.

Autres astuces

Autres astuces

Quelques astuces pour bien gérer les habitudes alimentaires compulsives, ainsi que les aversions alimentaires des enfants :

  • Les enfants vous considèrent comme modèle et suivent votre exemple. Vous devez donc également faire l’effort de consommer un large éventail d’aliments nutritifs pendant vos repas.
  • Ne donnez rien à grignoter aux enfants entre les repas (évitez les cochonneries !). Si l’enfant a faim entre les repas, essayez de lui donner un jus de fruit frais, du lait, un yaourt, ou des légumes ou fruits crus. Il est préférable que l’enfant ait normalement faim au moment de se mettre à table.
  • Faites en sorte que les repas soient un moment privilégié pour la famille.
  • Lorsqu’ils sont en visite, veillez à ce que les encas et repas que vous servez aux copains et amis de vos enfants soient bons pour la santé. Les enfants sont influencés par leurs pairs : si leurs amis mangent sainement, vos enfants voudront faire de même.
  • Servez une palette attrayante d’aliments de couleurs et de textures différentes.
  • Ne donnez pas de portions trop importantes à vos enfants, et ne les forcez pas à continuer de manger si il ou elle n’a plus faim.

Enfin, s’il peut s’avérer agaçant et problématique de gérer des enfants difficiles, essayez de relativiser et de garder votre calme. Cet apprentissage fait partie d’une croissance normale chez la plupart des enfants. Cependant, avec votre aide, il est fort probable qu’ils dépasseront ces comportements et qu’ils finiront par adopter des habitudes alimentaires saines dans la durée.

A lire aussi

Dosage des anticorps antithyroglobuline : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le CBD légal utilisé comme remède

sophie

L’île de La Réunion et ses systèmes pour assurer la santé

Laurent

Biopsie musculaire : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Epanouissez-vous rapidement grâce au yoga

Journal

Déficit en facteur II : définition, cause, symptômes, traitement

Irene