Image default
Santé

La tendinopathie du muscle tibial postérieur (dysfonction du tendon tibial postérieur).

Une tendinopathie du muscle tibial postérieur est un état pathologique qui résulte d’une inflammation ou d’une déchirure du tendon tibial postérieur. Le tendon tibial postérieur relie le muscle du mollet à l’os situé à l’intérieur du pied. La tendinopathie du muscle tibial postérieur provoque donc le pied plat dans la mesure où le tendon n’est plus capable de soutenir la voûte plantaire.

La tendinopathie du muscle tibial postérieur est également appelée pied plat dégénératif chez l’adulte. Cette pathologie peut généralement être traitée sans chirurgie bien que celle-ci puisse parfois être nécessaire pour réparer le tendon.

Causes et risques

Causes et risques

Le tendon tibial postérieur peut subir des dommages consécutivement à un choc résultant par exemple d’une chute ou d’un contact violent lors d’une activité sportive. Des dommages peuvent également être causés avec le temps en raison d’une sollicitation excessive du tendon. Les activités courantes à l’origine des dommages par sollicitation excessive du tendon comprennent la marche, la course, la randonnée, le fait de monter les escaliers et les sports de contact. Certaines personnes peuvent être plus exposées à la tendinopathie du muscle tibial postérieur. Celle-ci est plus susceptible de survenir chez :

  • les femmes
  • les personnes âgées de plus de 40 ans
  • les personnes en surpoids ou obèses
  • les personnes diabétiques
  • les personnes souffrant d’hypertension artérielle

Symptômes

En général, la tendinopathie se manifeste au niveau d’un seul pied même si, dans certains cas, les deux pieds peuvent être affectés. Les symptômes de la tendinopathie du muscle tibial postérieur incluent :

  • des douleurs, généralement situées dans la zone du pied et de la cheville
  • des gonflements, une sensation de chaleur et des rougeurs le long de l’intérieur du pied et de la cheville.
  • des douleurs plus fortes durant les activités physiques
  • un aplatissement du pied
  • une torsion vers l’intérieur de la cheville
  • une inclinaison des pieds et des orteils vers l’extérieur

Lorsque la tendinopathie évolue, la douleur peut se déplacer. Ceci s’explique par le fait que, lorsque le trouble s’amplifie, le pied s’aplatit et se déplace par rapport à l’os du talon. Les douleurs peuvent alors se faire ressentir dans la zone extérieure du pied et de la cheville. Les changements survenus au niveau du tendon tibial postérieur peuvent provoquer de l’arthrite dans le pied et parfois dans la cheville.

Tests

Tests

Le médecin procédera tout d’abord à un examen physique du pied. Il recherchera une présence de gonflements le long du tendon tibial postérieur. Il testera également l’amplitude de mouvement en faisant bouger le pied latéralement et de haut en bas. La tendinopathie du muscle tibial postérieur peut entraîner des problèmes d’amplitude de mouvement latéral ainsi que des difficultés à remonter les orteils vers le tibia.

Le médecin observera également la forme du pied. Il regardera si l’arche du pied s’est affaissée et si le talon s’est déplacé vers l’intérieur. Le médecin pourra aussi observer le nombre d’orteils visibles depuis l’arrière du talon lorsque le patient se tient debout. En temps normal, seuls le cinquième orteil et la moitié du quatrième orteil sont visibles sous cet angle. Toutefois, en cas de tendinopathie du muscle tibial postérieur, il est possible d’apercevoir d’autres orteils au-delà du cinquième et du quatrième – parfois, tous les orteils peuvent être visibles.

Le patient peut aussi être invité à se tenir debout sur la jambe douloureuse et à essayer de se tenir sur la pointe des pieds. Généralement, une personne affectée d’une tendinopathie du muscle tibial postérieur n’en est pas capable.

La plupart des médecins sont en mesure de diagnostiquer les troubles liés au tendon tibial postérieur en examinant le pied, mais un médecin pourra aussi prescrire un examen d’imagerie pour confirmer le diagnostic et écarter tout autre problème. Une radiographie ou une tomodensitométrie (TDM) peut être prescrite si le médecin suspecte la présence d’arthrite dans le pied ou la cheville. Un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) et une échographie peuvent être demandés pour confirmer la tendinopathie du muscle tibial postérieur.

Traitement

Dans la plupart des cas, la tendinopathie du muscle tibial postérieur peut être traitée sans faire appel à la chirurgie.

Réduction des gonflements et des douleurs

Le traitement initial est prévu pour aider à diminuer les douleurs et les gonflements, ainsi que pour permettre au tendon de guérir. Appliquer de la glace à la surface de la zone douloureuse, ainsi que la prise de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aider à réduire le gonflement et la douleur. Le médecin recommandera également du repos et d’éviter toute activité causant des douleurs telle que la course et tout autre sport à fort impact.

Soutien du pied

Selon le degré de gravité de la tendinopathie du muscle tibial postérieur, le médecin peut suggérer l’emploi de différents procédés pour maintenir le pied et la cheville. Une attelle à la cheville pourra ainsi être recommandée afin d’aider à relâcher la pression exercée sur le tendon et lui permettre ainsi de guérir plus rapidement. Ce procédé pourra être employé pour les tendinopathies du muscle tibial postérieur légères ou modérées, ou pour celles se manifestant conjointement avec de l’arthrite.

Le port d’une orthèse sur mesure peut aussi être conseillé pour aider à soutenir le pied et lui faire retrouver une position normale. Les orthèses peuvent être utilisées pour les tendinopathies du muscle tibial postérieur d’intensité légère à aiguë. Si les dommages causés au tendon tibial postérieur sont importants, le pied et la cheville peuvent avoir besoin d’être immobilisés à l’aide d’une botte de marche courte. Celle-ci doit généralement être portée durant 6 à 8 semaines afin de permettre au tendon de se reposer suffisamment pour pouvoir guérir. Toutefois, elle peut également entraîner une atrophie ou un affaiblissement des muscles ; c’est pourquoi son usage est réservé aux cas les plus graves.

Chirurgie

Il peut être nécessaire de faire appel à la chirurgie si la tendinopathie du muscle tibial postérieur est grave et que d’autres traitements ont échoué. De nombreuses options de chirurgie sont possibles et varient selon les symptômes et l’ampleur des dommages. En cas de difficultés pour bouger la cheville, une procédure chirurgicale visant à allonger le muscle du mollet peut être envisagée. D’autres options incluent des interventions chirurgicales permettant de retirer les zones endommagées du tendon ou de remplacer le tendon tibial postérieur par un autre tendon du corps. Dans les cas les plus graves de tendinopathie du muscle tibial postérieur, des procédures chirurgicales visant à déplacer les os (ostéotomie) ou à fusionner les articulations entre elles peuvent être nécessaires pour corriger un pied plat.

A lire aussi

Covid-19 : Quels équipements pour se protéger ?

Irene

Perte des cheveux après l’accouchement : que faire pour l’éviter ?

Tamby

La mutuelle de santé et les avantages qu’elle représente

Laurent

Pourquoi vous initier à la cohérence cardiaque pour retrouver un équilibre ?

administrateur

Examen de l’oreille : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment trouver un médecin de garde pour une intervention urgente ?

Journal