Image default
Santé

CBD contre la sclérose en plaques (SEP) : quels en sont les bienfaits et les risques ?

Avec plus de 80 000 personnes touchées en France, la sclérose en plaques est une maladie chronique auto-immune qui affecte le système nerveux central, la moelle épinière, mais aussi les nerfs optiques et le cerveau. Des études ont montré l’efficacité du CBD sur cette maladie. Le CBD permettrait de réduire les crises et de soulager le quotidien des patients atteints de Sclérose en plaques.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques (SEP) ?

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique. Une fois contractée elle va accompagner la personne tout au long de sa vie. C’est une maladie inflammatoire qui touche le système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Elle se caractérise par le développement d’une réaction inflammatoire qui entraîne par endroits la destruction de la myéline (démyélinisation) en la considérant comme étrangère au corps (réaction auto-immune). La myéline constitue la gaine qui protège les fibres nerveuses et accélère la transmission des informations dans le cerveau et la moelle épinière. La SEP affecte également les prolongements des cellules nerveuses (axones) qui constituent ces fibres. Ainsi, à certains endroits du système nerveux, les influx sont plus lents ou bloqués, ce qui provoque les différents symptômes.

Quelles sont les causes de la maladie ?

Les causes de cette maladie sont encore mal connues, mais pourraient être d’ordre génétique et environnemental bien que la sclérose en plaques n’est pas une maladie héréditaire, il se peut que certaines personnes de la même famille développent la Sclérose en plaques. En effet, certains facteurs génétiques favoriseraient l’apparition de la maladie. Plusieurs gènes potentiellement impliqués ont été identifiés ces dernières années et pourraient augmenter le risque de sclérose en plaques. Le tabagisme passif des enfants et le tabagisme des adolescents pourraient également être des facteurs à risque. Certaines études soupçonnent également des virus qui entraîneraient une réaction immunitaire inappropriée.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

Les symptômes sont variés. Ils peuvent être visuels, moteurs, sensitifs, urinaires, cognitifs et dépendent de la localisation des lésions dans la substance blanche du système nerveux central. On note également des douleurs, une augmentation des contractures et spasmes, un engourdissement, des fourmillements, des décharges électriques, une perte de la vue, troubles gastro-intestinaux. Aucun traitement ne permet de guérir de cette maladie. Cependant, plusieurs traitements existent pour diminuer les symptômes et ralentir la progression de la Sclérose en Plaques.

Comment diagnostiquer la SEP ?

La sclérose en plaques est difficile à diagnostiquer et il faut généralement avoir subi 2 poussées ou plus, avec au moins une rémission partielle, pour confirmer le diagnostic. De manière générale, le diagnostic repose sur un questionnaire qui permet d’établir l’historique des antécédents médicaux. Le questionnaire permet de détecter les problèmes liés au trouble et d’identifier, s’il y a lieu, les manifestations neurologiques antérieures. Un examen physique permettra ensuite d’évaluer la vision, la force musculaire, le tonus musculaire, les réflexes, la coordination, les fonctions sensorielles, l’équilibre et la capacité de se déplacer du patient. Une imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau et de la moelle épinière permettra de compléter le diagnostic avec une visualisation des lésions dans la myéline. Selon les symptômes et avant la prescription de traitements, d’autres examens comme la ponction lombaire (elle consiste à prélever du liquide céphalo-rachidien [LCR] dans la région lombaire), un fond d’œil, un enregistrement de l’activité électrique (pour mesurer le temps que prend une information visuelle pour se rendre au cerveau) et un électrocardiogramme peuvent être prescrits. Ce n’est pas systématique, mais peut aider à repérer des signes.

Quelles sont les différentes formes de sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques commence le plus souvent par une poussée au cours de laquelle signes et symptômes apparaissent rapidement puis disparaissent en totalité ou en partie. Elle peut se reproduire à plus ou moins brève échéance, une ou plusieurs fois. En général, on distingue 3 formes principales de sclérose en plaques. La forme rémittente qui est caractérisée par des poussées entrecoupées de rémissions. La poussée, c’est la période au cours de laquelle surviennent de nouveaux signes neurologiques ou d’anciens symptômes durant au moins 24 h. En général, les poussées durent de quelques jours à 1 mois, puis disparaissent progressivement. Dans la majorité des cas, au bout de plusieurs années, cette forme de la maladie peut évoluer vers une forme secondairement progressive. Souvent plus sévère, cette forme apparaît généralement plus tard dans la vie, vers l’âge de 40 ans et se caractérise dès le diagnostic par une évolution lente et constante de la maladie, avec une aggravation des symptômes pendant au moins six mois. Ici, il n’y a pas de véritables poussées. Cependant, la maladie puisse s’aggraver par moments et évoluer vers une forme secondairement progressive. Après une forme rémittente initiale, la maladie peut s’aggraver de façon continue. Des poussées peuvent survenir, mais elles ne sont pas suivies de rémissions franches et le handicap s’aggrave peu à peu.À cette étape, on parle de forme secondairement progressive.

Le CBD dans le traitement de la SEP

Le CBD aurait de nombreuses propriétés bienfaisantes sur notre corps et notre psychisme ce qui permet à de nombreuses personnes dans la lutte contre des maladies de soulager leur quotidien. Le CBD est connu pour ses effets  antispasmodiques, antipsychotiques, anxiolytiques, anticonvulsifs, neuroprotecteurs, antistress, antidouleurs, anti-inflammations, relaxants, antalgique, anti-anxiogène, anti-addictions, anti-vomitif et antiépileptique. Ces propriétés sont donc bénéfiques pour la sclérose en plaques. Dans le cas des maladies neurodégénératives et en particulier, contre l’arthrose et la sclérose en plaques, des changements pathologiques, ont été observés avec l’usage du cannabidiol. En effet, le cannabidiol pourrait contribuer à ralentir le processus dégénératif induit par la dégradation de la myéline, et ainsi ralentir la progression de la maladie. Cela s’expliquerait par son action sur le système endocannabinoïde. Les endocannabinoides sont des substances produites par le corps qui modulent le flux d’information entre les neurones du système nerveux central en se liant aux récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2. La prise de CBD active les récepteurs CB1 et CB2 qui sont eux-mêmes connectés au système nerveux central, lui-même affecté par la Sclérose en Plaques (SEP). Le tétrahydrocannabinol (THC) produit des effets anti-inflammatoires en activant les récepteurs CB1. Lorsque les récepteurs CB1 sont activés, l’hypothalamus libère des hormones régulant le système immunitaire. Le THC a également une action de destruction des cellules pro-inflammatoires participant ainsi à la réduction de l’inflammation. D’après de nombreuses études scientifiques, le CBD pourrait combattre les douleurs chroniques, neuropathiques et l’état dépressif des patients atteints par la SEP. L’utilisation du CBD influencerait des fonctions telles que le sommeil, l’appétit, la perception du temps ou la sensation de douleur. L’effet antispasmodique du CBD réduirait la spasticité musculaire causée par la Sclérose en plaques. La prise de CBD permet de prévenir la dégradation des anandamides (endocannabinoïde produit par le corps qui permet de réguler la spasticité musculaire) et de prolonger leur action sur la spasticité. Cela permet ainsi à davantage d’anandamides de dispenser plus longtemps des effets antispasmodiques. Le CBD, grâce à ses propriétés neuroprotectrices, agit sur le processus inflammatoire en inhibant la production de cytokines et la libération de glutamates et en diminuant le stress oxydatif. Il améliore l’activité métabolique du cerveau, et par conséquent, les performances motrices et cognitives. Découvrez sur le blog dédié au cbd laraprojetct.net les meilleurs sites pour acheter du CBD.

Comment consommer le CBD pour le traitement de la SEP ?

Les produits à base de cannabis se présentent toutefois sous plusieurs formes à inhaler au moyen de vaporisateurs, sous forme de tisanes, de biscuits, d’huile de cannabis ou à consommer directement dans des salades ou des smoothies. Par inhalation, les cannabinoïdes parviennent directement et pratiquement sans modifications dans la circulation sanguine tandis que dans le cas d’une prise orale, les substances peuvent être modifiées lors de leur passage à travers l’intestin. L’effet est plus important lorsque le produit est chauffé. En ce qui concerne la Sclérose en plaques il sera plus convenable d’utiliser de l’huile de CBD en sublingual et si possible une huile full spectrum. Elle contient pleins d’autres molécules de la plante de chanvre. Les effets sont ressentis au bout de quelques minutes. Il est également possible d’utiliser des baumes au CBD ainsi que des crèmes afin de soulager les douleurs ou les inflammations localement en massant.

Quels sont les effets secondaires ?

Le CBD étant une molécule naturelle et ses effets secondaires sont peu nombreux. Toutefois, une sécheresse buccale, de la somnolence et de l’hypotension ont été notées à forte dose chez certains patients. Il est donc conseillé de boire beaucoup d’eau afin de résoudre le problème de la bouche sèche. Aussi, le CBD pourrait parfois réduire ou annuler l’effet de certains médicaments. Si vous envisagez d’utiliser du CBD pour lutter contre les symptômes de la Sclérose en Plaques (SEP), nous vous conseillons de solliciter l’avis d’un médecin au préalable.

Le nombre d’études scientifiques reste insuffisant pour pouvoir prouver formellement l’efficacité du CBD dans le cas de la Sclérose en Plaques (SEP). Toutefois, la molécule intervient de plus en plus chez les personnes atteintes de SEP. Le médicament Sativex (laboratoire GW Pharmaceuticals), un mélange de CBD et THC a d’ailleurs été développé pour le traitement de la sclérose en plaques.

A lire aussi

Tout savoir sur le sommeil durant les différentes phases de grossesse

Tamby

Tension artérielle : 5 méthodes naturelles pour mieux la contrôler

Odile

Comment utiliser les plantes pour améliorer sa circulation sanguine ?

Ines

Comment stimuler la production de la mélatonine pour mieux dormir ?

Claude

Auto-mesure de la tension : quel tensiomètre choisir ?

administrateur

Techniques de gestion du stress au travail

Ines

Leave a Comment