Image default
Santé

Salivation incontrôlée (bave) : définition, cause, symptômes, traitement

Il y a salivation incontrôlée (bave) lorsque de la salive s’écoule de la bouche de manière non intentionnelle. La cause en est souvent une faiblesse ou un défaut de développement des muscles autour de la bouche.

La salive est produite par des glandes dites salivaires . Ces glandes sont au nombre de six. Elles se situent au fond de la bouche, dans les joues, ainsi qu’à proximité des dents de devant. Ces glandes produisent en règle générale un à deux litres de salive par jour. Lorsque ces glandes produisent trop de salive, la salivation est excessive.

La bave est normale dans les deux premières années de la vie. Les nourrissons ne développent pas souvent un contrôle complet de la déglutition et des muscles de la bouche jusqu’à ce qu’ils aient 18 à 24 mois. La salivation du nourrisson est souvent excessive lorsqu’il met ses dents. Elle peut également intervenir chez des personnes présentant des troubles neurologiques, une infirmité motrice cérébrale, par exemple.

Causes

La salivation excessive peut signaler une pathologie, un retard de développement ou la prise de certains médicaments. Tout ce qui conduit à une production excessive de salive, une difficulté de déglutition ou des problèmes de contrôle musculaire peut entraîner une salivation excessive.

Au nombre des conditions médicales entraînant une salivation excessive qui affectent le contrôle des muscles sur les lèvres et la langue, on citera notamment :

  • une infirmité motrice cérébrale ;
  • une sclérose en plaques ;
  • un accident vasculaire cérébral ;
  • la maladie de Parkinson.

Autres conditions susceptibles de conduire à une salivation excessive :

  • des allergies ;
  • un reflux acide ou des brûlures d’estomac ;
  • une grossesse ;
  • des infections ORL (pharyngite streptococcique, infection des amygdales, ou des sinus).

Risques

La salivation excessive commence après la naissance pour atteindre un maximum entre 3 et 6 mois lorsque les nourrissons sont plus actifs.

Troubles neurologiques

Certaines pathologies peuvent exposer à un risque plus important de salivation excessive. Si vous êtes affecté(e) d’une maladie qui diminue le contrôle des muscles faciaux, vous serez davantage susceptible de baver.

Régime alimentaire

Les régimes alimentaires à forte teneur en acides entraînent souvent une production excessive de salive.

Conditions médicales

L’excès de salivation est généralement dû à une production excessive de salive dans la bouche. Des conditions telles que des infections de la gorge ou une grossesse peuvent augmenter la production de salive. Des allergies, tumeurs ou sinusite sont susceptibles d’entraver la déglutition.

Traitement

La salivation excessive n’est pas toujours traitée. Le traitement ne sera pas conseillé chez un patient de moins de 4 ans, ni pour une personne qui bave pendant son sommeil.

Le traitement est recommandé si la salivation excessive est sévère (par exemple si la salive dégouline de la lèvre sur les vêtements, ou si la salivation interfère avec les activités quotidiennes et qu’elle constitue une gêne au plan social). Une salivation excessive peut également conduire à une aspiration de salive dans les poumons, ce qui entraîne un risque de pneumonie.

Thérapie

Les orthophonistes et ergothérapeutes contribuent à enseigner le positionnement et le contrôle de la posture pour améliorer la fermeture de la bouche et la déglutition. Les thérapeutes pourront également vous recommander de consulter un diététicien afin de modifier la quantité d’aliments acides dans votre alimentation.

Appareil/prothèse dentaire

Un appareil spécial placé dans la bouche contribue à fermer la bouche pendant la déglutition. Cette solution sera optimale en cas de contrôle partiel de la déglutition.

Médicaments

Certains médicaments contribuent à réduire la production de salive. Il s’agit notamment :

  • de scopolamine : administré en timbre appliqué sur la peau, ce médicament pénètre lentement tout au long de la journée. Chaque timbre reste actif pendant 72 heures.
  • Glycopyrrolate (Robinul) : administrable en injection ou sous forme de comprimé. Le Robinul diminue la sécrétion de salive, mais risque simultanément d’entraîner une sécheresse buccale.
  • Sulfate d’atropine : administré en gouttes dans la bouche, généralement chez les patients en soins de fin de vie en cas de difficulté de déglutition.

Ces médicaments sont susceptibles d’avoir des effets secondaires : bouche sèche, irritabilité, rougeurs cutanées, rétention urinaire, constipation, maux de tête et saignements de nez.

Injections de Botox

Les injections de Botox peuvent contribuer à réduire les symptômes de salivation en resserrant les muscles faciaux.

Traitement chirurgical

Plusieurs procédures sont approuvées pour le traitement de l’hypersialorrhée, appelée aussi hypersalivation ou ptyalisme. La procédure la plus courante réoriente les glandes salivaires vers l’arrière de la bouche pour éviter une salivation excessive à l’extérieur de la bouche. L’ablation complète des glandes salivaires constitue une autre solution de traitement.

A lire aussi

Quel est le meilleur moment pour aller dans un spa ?

Journal

Les 3 erreurs à éviter dans l’achat de son bonnet ou turban de chimiothérapie

Emmanuel

L’ivresse expresse et la consommation occasionnelle d’alcool

Irene

Postures anormales : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Mycose vaginale, une infection courante à prendre au sérieux

administrateur

Traitement de l’hypertension : définition, cause, symptômes, traitement

Irene